lundi 13 janvier 2014

Les caractéristiques de l'apprenant, élément de la flexibilité d'une FOAD


Dans ce billet, je m’intéresse aux caractéristiques des apprenants dont la prise en compte peut rendre plus ou moins flexible une FOAD.

Les objectifs personnels de l’apprenant
La prise en compte des objectifs personnels de l’apprenant nécessite tout d’abord de les identifier, de les situer, par exemple sur la pyramide de Bloom, puis de les rapprocher des objectifs académiques de la formation. 



Les compétences de l’apprenant
De la même manière que les objectifs, elles doivent être inventoriées et décrites en termes de savoir, de savoir-faire et de savoir-être. Il est particulièrement intéressant d’examiner les compétences de l’apprenant à être apprenant à distance.


Les prérequis de l’apprenant
Le contrôle de la maîtrise des prérequis de la formation par l’apprenant permet de le diriger/conseiller/suggérer/inviter à suivre le parcours qui lui est le plus adapté ou vers d’autres formations préalables.

Temps de formation de l’apprenant
A quels moments l’apprenant réalisera-t-il sa formation : durant son temps de travail, sur son temps personnel, en soirée, le week-end ? Combien d’heures par jour, semaine, mois pourra-t-il consacrer à son apprentissage ? Il est à noter que plus le parcours contient de séquences collaboratives et/ou synchrones, moins le dispositif permet à l’apprenant d’apprendre à son rythme.  La question du temps est aussi à étudier du point de vue de son amplitude : peut-elle être réalisée sur la durée qui convient à l’apprenant ? Ceci pose la question des entrées et sorties en formation, sont-elles libres, plurielles, uniques ?

Espaces de formation de l’apprenant
Dans quels lieux l’apprenant réalisera-t-il sa formation : sur son lieu de travail, à son poste, en centre de ressources, à son domicile, en un autre lieu ? La question des espaces est essentiellement à prendre en compte sous l’angle des horaires d’accès qui peuvent avoir une influence sur le temps de formation. L’environnement peut également avoir une influence sur la qualité du temps d’apprentissage.

Les préférences cognitives des apprenants
L’identification des préférences cognitives des apprenants peut également entrer en compte dans la flexibilité de la FOAD. S’il n’est pas obligatoire de rejoindre en tout temps les apprenants dans leurs préférences cognitives, certaines ressources, en fonction de leur médiatisation, peuvent leur être d’un accès plus aisé. Les principaux couples de ces préférences (un apprenant a une préférence pour l’un ou l’autre des items de ces couples) sont les suivants : auditif-visuel, indépendant-dépendant du contexte, indépendant-dépendant du formateur, synthétique-analytique, producteur-consommateur, formalisation-réalisation.

La motivation de l’apprenant
Dans quelle mesure l’apprenant adhère ou non aux objectifs académiques de la formation ? Poursuit-il à travers la formation des objectifs personnels ? Quel est l’état de sa motivation à l'entrée en formation ? Si la motivation d'un apprenant évolue fréquemment au cours de la formation, il est néanmoins intéressant de la situer car elle influe sur certaines autres caractérisitiques pouvant être prises en compte pour rendre flexible son parcours, en particulier le temps et l'exercice de son autonomie.



La capacité de l’apprenant à faire des choix et à exercer son autonomie
Plus un dispositif est flexible du point de vue de l’apprenant, plus cela lui demande d’exercer son libre arbitre et d’effectuer des choix. Par ailleurs, quel est le niveau d’autonomie de l’apprenant ? Celui-ci peut être positionné sur un continuum allant du non exercice de son autonomie d’apprenant à distance à l’autodidaxie en passant par l’autonomie et l’autoformation. Le recours à des typologies d’apprenants à distance, comme celle de Viviane Glikman (déterminés, marginaux, hésitants, désarmés), peut également permettre de mieux situer l’apprenant.
Enregistrer un commentaire